Terreur

Publié le par Ange-etrange

     Enfin en week-end !!! Deux jours d'école très difficiles jeudi et vendredi car nous n'avons eu aucune récré pendant ces deux jours pour cause de mauvais temps mais aussi à cause d'une énorme frayeur.

     Jeudi après midi, j'étais en pleine séance sur les dizaines avec mes CP. Je jettais un oeil à la pendule pour voir si nous aurions fini avant la récré, un oeil dehors pour voir si la pluie avait cessé quand le prof de sport entre dans ma classe. J'ai été surprise car il ne vient jamais pendant la classe puisqu'il est occupé. Il m'entraîne vers le tableau et me dit très discrétement: " Ne sors pas tes élèves en récré, il y a un type sur un balcon en face de la cour avec un fusil" je lui répond juste "Ok" tellement je suis abasourdie, l'information met du temps à aller jusqu'à mon cerveau. Notre école que j'appelle "l'aquarium" quand il fait chaud est toute vitrée. Du côté de la rue que des vitres et du côté du couloir aussi et des vitres qui donne sur le couloir dans toute la partie haute du mur. Je vois la gadienne qui passe, vite je sors dans le couloir et lui demande de quel balcon il s'agit... Elle me le dit, pour l'instant le type est rentré, ma voisine de classe nous rejoint dans le couloir et confirme qu'elle a bien vu un type avec un fusil installé sur un trépied. La police est alertée, ils sont arrivés très vite et ont repéré le balcon très discrétement. Je retourne dans ma classe, je reste très (trop?) calme pour que les enfants ne se rendent compte de rien... Je continue les maths mais je ne suis pas trop à ce que je fais... Mon cerveau n'est pas disponible. Et si le type tirait ? Les enfants ne sont pas dans la cour mais il ya quelques années, j'ai porté plainte contre une mère d'un élève de ma classe qui passait son temps à regarder ce que son chéri faisait avec des jumelles... J'ai porté plainte pour ça et parce qu'elle m'avait insulté. Je sais donc que d'en face on peut voir dans la classe. En plus, le fusil est à lunette... Le balcon est en face les fenêtres de ma classe et de celles de la voisine. Il est plus haut et il doit donc voir à l'intérieur de nos classes. Me voilà en train de passer les quelques épisodes des experts que j'ai vu. Quelles sont les chances qu'une balle atteigne l'un d'entre nous? Les vitres déviront-elles la trajectoire ? Si il commence à tirer je me dis que le mieux c'est de se mettre sous les tables et de ramener les élèves tout doucement contre le mur... Ils font les exercices et moi j'ai peur et je ne dois pas leur montrer. En plus, comment faire pour les emmener aux toilettes. quand il n'y a pas de récré pour cause de pluie on va quand même aux toilettes. Et puis, il n'est pas question qu'un élève aille tous seul dans le couloir. Le type n'est plus sur son balcon, la police est chez lui mais il refuse d'ouvrir la porte. C'est le moment, bien plus rapidement que d'habitude, je les emmène, je les empêche d'aller à leur manteau. Devant la porte de ma classe, il y a un escalier en pierre, donc il ne risque pas grand chose. Je me mets quand même entre eux et le balcon on ne sais jamais. On file vite, on descend aux toilettes et je les compte mine de rien avant de remonter, on retourne dans la classe tout aussi vite et je me remets "en protection" le temps qu'ils entrent. Si il tire c'est moi qui prendrai et pas les enfants. Surtout rester calme. Horreur je m'aperçois que j'ai oublié les 2 filles que j'avais en classe d'accueil (une collègue est absente et pas remplacée). Je m'apprête à aller les chercher quand elles arrivent. Pas de nouvelles pour le moment et un élève doit partir pour aller chez l'orthophoniste. Je demande à la voisine de garder ma classe et je l'emmène à l'entrére de l'école, encore une traversée par le couloir... Mine de rien j'oblige le gamin à marcher le long du mur, il est petit sa tête ne dépasse pas. Je le donne à sa mère sans rien dire (plus tard j'apprendrai qu'il y avait tellement de flics dans le quartier, que les gens du quartier se doutait qu'il se passait quelque chose). Sa mère ne dit rien non plus...
       On vient me dire qu'enfin, il a ouvert la porte et que la police est entrée, c'est fini. Je crois que les 40 minutes que ça a duré ont été parmi les 40 minutes les plus longues de ma vie. J'ai réussi à rester calme, les enfants ne se sont aperçus de rien. Je sors avec eux devant l'école et en moins de 2 minutes la nouvelle se propage, des enfants l'ont su, des parents viennent me voir et je suis bien obligée de confirmer en disant qu'il a été arrêté et que je n'en sais pas plus...
       Il s'avère qu'une maîtresse l'a carrément dit à ses élèves, ce que je ne trouve pas bien du tout. Et la nouvelle s'est répandu comme une trainée de poudre parmi les élèves parce que par exemple, 2 élèves de la classe de mon fils (chargée de faire une petite course) l'ont appris d'un élève punit dans le couloir du 4e étage et qui lui a vu le type avec le fusil. A la sortie de l'école tous les grands le savaient. Et puis certaines maîtresse n'ont rien dit mais ce sont pliée en deux pour emmener les enfants aux toilettes etc... Nous au 1er étage, nous n'avons pas changé nos habitudes. Certaines maîtresses ont pensé à se protéger elles avant les enfants et pour moi c'est étrange, certes j'avais peur mais moi j'ai pensé aux enfants d'abord. Je n'ai pas eu peur pour mon fils car sa classe, à l'autre bout de l'école,  était moins exposée et que je sais  qu'il y  a tellement d'affiches sur les vitres de ce côté qu'on ne peut pas voir à l'intérieur. Par contre, mon fils a eu très peur pour moi. C'est curieux moi à ce moment, je n'étais pas sa mère mais une instit qui se devait de protéger ses élèves à tout prix.
       Hier nous avons appris que c'était un mineur qui était sur le balcon avec une carbine à bille à air comprimé et qu'il voulait viser des pigeons. Le lieutenant de police a estimé le danger écarté  même si  l'arme est en cours d'expertise...
       Le directrice, en réunion à l'inspection à ce moment là, en a parlé tout de suite et une collègues a dit que la même chose était arrivée dans son école mais que le type cette fois là avait variment l'intention de viser un enfant parce qu'il ne supportait plus le bruit de la récré... Nous avons dû faire un mot pour expliquer ce qui s'était passé car hier matin la rumeur avait pris des proportions hallucinantes. on parlait de mitraillette, de sniper... Et puis , après l'heure du déjeuner mes élèves complètement épargné jusque là l'ont appris des "grands"
       La  vie tient vraiment à peu de choses...

Publié dans L'ange instit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tarmine 06/02/2009 22:18

les boules! un truc à se faire dessus!mais c'est dans des cas comme celui là qu'on est teste sa maitrise , on ne peut prévoir...
en tout cas, t'es forte!

Ange-etrange 08/02/2009 21:27


Disons que j'ai déjà vécu des situations où je sais que j'ai les nerfs solides... Enfin sur le coup parce qu'apèrs je peux pleurer pour décompresser.


Luciole en couleurs 02/02/2009 23:37

Quel courage ! Tu as été admirable : dans de telles conditions de stress... Rétrospectivement, ça doit être atroce. Tu vas bien ?

Ange-etrange 08/02/2009 21:26


Je vais bien et je dirais qu'on réalise après coup et que ça fait encore plus peur après que pendant...


le-gout-des-autres 02/02/2009 22:07

Et la suite alors ?

On veut savoir !

Ange-etrange 08/02/2009 21:25


La directrice à porté plainte mais il s'agissait d'un ado et je ne pense pas qu'il recommence...


MamanCélib 01/02/2009 12:08

Oh mon dieu °_°
J'imagine l'état de stress que ça a dû générer chez toi... et bravo pour tes réactions !

Ange-etrange 08/02/2009 21:24


J'ai eu vraiment peur et merci.


peebee 28/01/2009 14:07

Il y a peu de chances qu'une personne même armée d'un vrai fusil dans les calibre usuels de chasse puisse toucher ce qu'elle vise à travers une vitre, celle-ci déviant le tir, mais selon le principe qu'une balle perdue n'est jamais perdue pour tout le monde, le danger n'aurait pas été moins grand.
Je suis étonné que par principe de précaution les autorités n'aient pas fait évacuer l'école, ce qui aurait été la solution la plus raisonnable.

Ange-etrange 08/02/2009 21:24


On ne pouvait pas évacuer car quand c'est le cas, on évacue dans la cour et là ce n'était pas possible. Comment évacuer 470 gamins dans la rue ??? Et comment les
garder en sécurité après ?