Le retour du passé - quatrième partie - 1999

Publié le par Ange-etrange

Janvier 1999
       Retour de l'hôpital avec Petit-Crapaud, je suis officiellement "maman", je dis "officiellement" parce que si je le suis, dans les faits je ne me sens pas "maman".
J'ai ce bébé, je m'en occupe comme il faut mais je ne ressens pas ce "grand bonheur" que je devrais ressentir. Je me sens fatiguée, vide, je ne suis pas tombée raide-dingue de mon fils dès que je l'ai vu. Je me sens coupable de ne "rien" ressentir ou plutôt de ne pas ressentir ce que la société voudrait que je ressente. Où est ce bonheur parfait montré à tous les coins de rue ? Ma réalité, c'est que je regarde ce bébé et que je me dis "Il est à moi? Vous êtes sur que c'est moi sa mère ? Mais non ce n'est pas possible je ne suis pas maman !!!" Je m'en occupe pourtant. Enfin quand je suis seule parce que quand son père est là c'est autre chose. C'est tout juste si j'ai le droit de toucher à mon fils, lui, il a été concquis dès la naissance. Ca accentue mon malaise... Souvent mon ex me dit  "Laisse, je sais mieux faire que toi." C'est terrible, il ne me voit plus... Pourtant, normalement, c'est la femme qui ne voit plus son mari mais là c'est l'exact contraire... Je me sens grosse, moche, pas bien dans ma peau... Je me sens inutile, je ne trouve pas ma place entre mon fils et son père... Son père qui est debout dès qu'il pleure alors que moi je ne l'entends pas tout de suite.


Avril 1999
      Je ne songe même pas à prolonger mon congé maternité d'une semaine, ce qui me permettrait de ne reprendre qu'après les vacances de Pâques. Je suis trop contente de retourner au travail. Sortir de la maison ENFIN !!!!! Faire autre chose, ce que j'aime "enseigner".  Petit-Crapaud commence à sourire et par touches infimes ses sourires perce la glace autour de mon coeur... Je ne me sens toujours pas maman mais je n'ose en parler... Je suis présente, je m'en occupe mais toujours ces questions "Vous êtes sur que je suis maman ???" Le bébé se réveille toutes les nuits c'est dur, je me lève comme une automate.

       Le père s'occupe de son fils mais parfois, il n'accepte pas le fait que le bébé doit faire sa sieste et il s'en va des après-midis entiers... alors je prends le relais, j'accepte mieux les contraintes que lui... Quand son père est là je m'efface mais quand il se désiste alors je suis toujours là... 


Juillet 1999
      Petit-Crapaud a 6 mois, il commence à manger, il commence à m'apprivoiser, il est beau, il est souriant et agréable... Au fur et à mesure, il arrive à transpercer ma carapace. Il se réveille toujours la nuit et c'est difficile mais les journées sont plus sereines pour moi. Mon ex travaille et je suis en vacances alors je m'occupe plus de mon fils... Même si le père ne voit que son fils quand il rentre... jusqu'à ses irrépressibles besoin de pause où il disparaît     (des années plus tard, ma psy m'a expliqué que c'était un papa "adulescent" il voulait vraiment cet enfant mais pas les contraintes qui vont avec. Elle m'expliquera aussi qu'en fait j'ai été victime de Baby Blues).


Août 1999
     Nous avons loué une maison à l'île d'Oléron, mais nous ne partons pas vraiment seuls puisque une collègue de mon ex et son mari ont loué une maison juste à côté. Toujours cette crainte d'être seul avec moi. L'allemand, lui est parti en Grèce... Enfin jusqu'à ce qu'il nous appelle en nous disant que ses vacances sont une horreur et qu'il nous demande si il peut nous rejoindre... mon ex est trop content... Nous allons le chercher à la Rochelle. La maison a plusieurs chambre, ça tombe bien !!! Les vacances sont assez sympas si ce n'est que mon ex n'admet pas de ne pouvoir aller à la plage quand il en a envie... Il estime que ce sont SES vacances alors à moi les contraintes d'autant plus que moi, j'ai 2 mois...
Parfois, l'allemand reste avec moi, je ne pose pas la question de savoir pourquoi (Aujourd'hui si, pourquoi restait-il parfois avec moi au lieu de partir avec son pote ? Et surtout pourquoi cette envie de venir passer ses vacances avec un couple avec un bébé ??? Je regarde les photo de ces vacances là et ça me trouble, il câline mon fils, pousse la poussette... c'est hallucinant ! N'est-ce pas Plume?)

     Pendant ce temps là, ma soeur s'aperçoit qu'elle en "pince" pour l'allemand... La future marraine amoureuse du futur parrain.


Et vous, ça vous semble comment le fait qu'il ne poursuive pas ses vacances en Grèce et qu'il rapplique comme ça ? 

Commenter cet article

LaurenceB 11/10/2008 12:13

(Je viens du Blog de Tiphaine... initialement pour le défi du CPE, quand je lis cet article, je ne peux pas m'empêcher de commenter)
Baby Blues, c'est deux-trois semaines... ce que tu as fait je pense que cela peux s'appeler dépression post partum, et c'est dingue qu'en 99 cela ne soit pas encore dépisté sur le moment, que ce soit par ton gynéco ou bien par le pédiatre.

Ange-etrange 12/10/2008 16:01


Bienvenu. Disons que je ne connaissais pas et que je n'ai jamais osé en parler à qui que ce soit sur le momment. Pas même à ma mère, j'avais trop peur que
personne ne comprenne. C'est ma psy qui m'a expliqué.


bertrand 28/09/2008 09:52

oh tu te fais attendre pour la suite madame ange-etrange!

Ange-etrange 28/09/2008 21:11



Je sais mais je suis assez occupée ces derniers temps



tarmine 25/09/2008 13:44

il fait peut être partie des gens qui tombent amoureux uniquement quand l'autre n'est pas libre, une forme de protection, pour ne pas devoir s'engager vraiment, et pas de rupture si il n'y a pas d'engagement...

Ange-etrange 28/09/2008 21:09



C'est possible, je connais des gens qui font ça inconsciement...



heure-bleue 22/09/2008 12:34

Je reste sur ma première impression, il était amoureux de toi..

Ange-etrange 28/09/2008 21:08


Il y a des chances...


Je Rêve 20/09/2008 19:16

Hé bé, effectivement, des peaux de saucisson devant les yeux ! Ou alors tu ne voulais pas y croire, donc c'était plus simple de ne pas t'en rendre compte... Ou alors, complétement accaparée par cette maternité toute nouvelle et qui se déroulait étrangement, tu n'étais pas dispo pour comprendre, voire deviner ?
Mais lui était drôlement respectueux (ou timide, ou résigné ?), aussi, pour ne rien faire qui te fasse piger plus vite !

Ange-etrange 21/09/2008 14:44


Je ne connaissais pas cette expression. Je pense aussi que dans mon esprit c'était le meilleur ami de mon "mari" donc ça ne se faisait pas, ce n'était pas
imaginable... Je suis assez droite et entière, trop parfois... 
Lui, je ne sais pas il est toujours aussi secret et ne veux pas me dire.